lundi 2 février 2015

Sovok de Cédric Ferrand


Editions : Les moutons Électriques
Collection : La bibliothèque Voltaïque
Illustration par Prince Gigi
Date de Parution : 6/02/2015
Prix papier : 19.90 € / 6.99 €
219 pages 


Moscou, dans un futur en retard sur le nôtre. Manya et Vinkenti sont deux urgentistes de nuit qui circulent à bord de leur ambulance volante de classe Jigouli. La Russie a subi un brusque infarctus politique, entraînant le pays tout entier dans une lente agonie économique et une mort clinique quasi certaine. Le duo d’ambulanciers est donc le témoin privilégié de la dégradation des conditions de vie des Russes. Surtout que leurs propres emplois sont menacés par une compagnie européenne qui s’implante à Moscou sans vergogne.
Et puis un soir, on leur attribue un stagiaire, Méhoudar, qui n’est même pas vraiment russe, selon leurs standards. Ils vont quand même devoir lui apprendre les ficelles du métier.

Méhoudar est une jeune homme Juif, d'appartenance et non de croyance, venant de Birobidjan ville et centre administratif de l'Oblast autonome juif, en Sibérie a quelques 6000 km à l'Est de Moscou, juste en frontière avec la Chine. C'est dire l'esprit d'appartenance Russe qui anime notre jeune Méhoudar. Celui-ci fraîchement arrivé à Moscou reçoit une proposition d'emploi, il se présente à la Blijni, société privée Russe d'ambulance. Après un entretien d'embauche, le boss, lui demande de faire quelques jours gratuit à l'essai...

Et là commence l'aventure de Méhoudar, où chaque intervention nous mène dans cette Russie Rétro-Futuriste, qui dépeint avec un cynisme désabusé les codes de vie Moscovite auxquels Méhoudar va devoir se plier faute de les approuver. 
Cédrix Ferrand nous offre ici un livre très distrayant, offrant une ambiance exceptionnelle et très imagée. J'ai littéralement pris la Jigouli avec Méhoudar, l'auteur a réussi le pari un peu fou de faire voyager son lecteur dans une Russie Uchronique et rappelons-le rétro Futuriste. L'auteur décrit un Moscou sombre, laisser à l'abandon, je n'ai pas pu m'enlever cette image d'un Gotham city façon Ruskov. Chaque mission est une scénette qui vient enrichir cette découverte d'une cité moscovite déchue de son président. Le livre s'égraine en heure durant les nuits d'intervention qui retranscrivent du coup très bien les épopées nocturnes dans une ambulance, autant dans les actions rapides que dans les nonchalances administratives. 

J'ai donc passé un excellent moment de lecture avec un roman certes distrayant mais ne manquant ni de piquant ni de finesse, le tout servi dans un background qui fait mouche. J'en redemande ! 

Ma note : 

L'avis du Cher Leader, l'avis de Cédric 




Aucun commentaire:

Publier un commentaire

déposez votre ânerie

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...